Le cancer du côlon est assez semblable au cancer du rectum, il est donc regroupé dans la catégorie du cancer colorectal. La tumeur dévelopée à partir de la muqueuse est maligne.
En France, en Europe du nord et aux Etats-Unis les gens sont plus touchés qu'en Afrique et en Asie. Ce cancer touche les gens d'un âge mûr et est en
augmentation. L'hérédité est plus rare, même si les antécédent familiaux existe dans 1 cas sur 5.

Facteurs de risque du cancer du côlon :

  • L'âge, les risques augmentent après 65 ans
  • Le tabagisme
  • Les maladies inflammatoires chroniques intestinales, comme la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse.
  • Le mode de vie, comme en témoigne la fréquence en fonction de la géographie. Une alimentation riche en graisse animale (viande rouge par exemple) et pauvre en végétaux.
  • Le syndrome de Lynch ou la polypose adénomateuse.
  • La sédentarité


Diagnostique et dépistage du cancer du côlon :
Même si les signes ne sont pas toujours visibles, ils peuvent néanmoins se manifester sous différentes formes :

  • Sang dans les selles
  • Constipation continue voir obstruction complète ou inversement diarrhée
  • Douleurs abdominales

Ces symptômes peuvent avoir d'autres causes. Il convient donc d'en parler avec son médecin et de faire un test.
Les hommes et les femmes se voient proposer un test qui permet de détecter des traces de sang dans les selles.
Si le test est négatif, il faut le répéter après un certain temps. Dans le cas contraire, il faut effectuer un coloscopie.

Thérapie d'un cancer colorectal :

  • Endoscopie, suite à la suppression du polype, celui-ci est analysé, ce qui peut entrainer d'autres mesures.
  • Chirurgie, qui consiste à supprimer la tumeur et les parties touchées. Selon l'état du patient et l'avancement de la maladie, une chimiothérapie peut être envisagée.
  • Chimiothérapie, cette méthode, comme pour les autres cancers consiste à administrer un médicament. Il existe des traitements très ciblé.
  • Radiothérapie, irradiation de la tumeur pour les tuer. Cette méthode peut aussi être en complément de la chirurgie.

En plus de ces thérapies, un régime nutritionnel adapté doit être envisagé.